Un chewing-gum pour détecter les inflammations buccales

Un chewing-gum va peut-être révolutionner la santé dentaire!chewinggum-implant-dentaire-tunisie

L’idée peut paraitre étrange car les dentistes ont toujours dit aux mâcheurs de gommes qu’ils risquaient des caries et pourtant c’est grâce à ces friandises que l’on doit la nouvelle découverte d’une équipe de chercheurs sur les maladies péri-implantatoires.

La pose d’implants dentaires est répandue en Europe. Or ces implants comportent des risques car ils sont parfois infectés par des bactéries qui sont la cause de maladies péri implantaires.

Ces pathologies font suite à la pose d’un implant dentaire et sont de type infectieux. Elles causent des inflammations mais sont difficiles à détester d’où leur diagnostic très tardif.

Pour y remédier des ont une l’idée de créer un chewing-gum pour dépister les inflammations. Leur étude a été publiée dans la revue Nature Communications.

Diagnostic complexe :

Les symptômes sont différents et peuvent se confondre facilement à ceux d’autres maladies. Lorsque la maladie péri-implantaire est finalement diagnostiquée après une procédure clinique complexe et coûteuse, il est déjà trop tard.

Des chercheurs ont trouvé un moyen plus simple pour diagnostiquer ces maladies péri implantaires grâce à un chewing-gum équipé d’un capteur biosensible.

En cas d’inflammation le chewing-gum réagit et diffuse un goût amer.

Un goût amer pour signaler l’inflammation :

les-problemes-dentaires-implant-dentaire-tunisieEn effet, les patients atteints de maladie péri-implantaire fabriquent une enzyme spécifique, identifiée par le capteur. Ainsi le goût du chewing-gum ne change que pour les personnes ayant les signes de développement de la maladie. S’il n’y a pas d’inflammation buccale, son goût reste neutre.

Vous pouvez lire les travaux pour cette technologie dans la Revue « Nature » mais des travaux cliniques doivent confirmer la sûreté de ce dispositif.

Quelles sont les avantages de cette technologie ?

Elle peut s’utiliser « n’importe où et n’importe quand et par n’importe qui sans besoin d’équipement technique ».

La commercialisation de ce produit ne pourra pas se faire avant 3 ans. Les chercheurs   voudraient qu’à terme ce chewing-gum remplace les kits de diagnostic assez coûteux mais le diagnostic et la consultation du chirurgien-dentiste reste nécessaire.

 

Laissez une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

quatre + 16 =